You are here

Membres associés

Tamarha Pierce, Université Laval

Tamarha Pierce, titulaire d’un doctorat en psychologie de l’Université McGill et professeure en psychologie à l’Université Laval, s’intéresse à la transition à la parentalité, l’engagement paternel, le «gatekeeping» maternel et le partage des tâches au sein du couple.

Le déclic pour ses passions de recherche s’est effectué à la fin de son baccalauréat, alors qu’elle terminait un projet sur la place qu’occupait le soutien social dans l’expérience de jeunes femmes aux prises avec la décision de poursuivre ou d’interrompre une grossesse.  «J’ai alors réalisé à quel point le soutien et la confiance de mes proches a contribué à forger ma capacité à relever des défis et à entreprendre des projets avec confiance.»

Depuis qu’elle est professeure à l’Université Laval, elle s’est intéressée plus précisément à la transition à la parentalité, aux défis des nouveaux pères et des nouvelles mères, mais aussi du couple. «Le fil conducteur dans toutes mes recherches est mon intérêt pour nos relations avec nos proches. Je cherche à comprendre comment le soutien de nos proches peut nous aider à surmonter des défis et des situations difficiles, mais également comment certains aspects de nos échanges avec nos proches peuvent ajouter à la difficulté ou au stress de la situation que l’on vit, et ultimement nuire à notre expérience de ces défis ou situations difficiles. Lorsque je suis devenue mère moi-même, j’ai vu à quel point le soutien de mon conjoint était précieux pour m’aider dans ce nouveau rôle, mais que je devais le soutenir lui aussi pour l’aider à trouver sa place auprès de son fils. Nos expériences à la fois semblables et différentes à plusieurs égards, de ce que c’était que d’être parents, mais aussi père et mère, et le fait que les connaissances scientifiques n’offraient pas de réponses claires aux questions que je me posais m’ont menée à vouloir poursuivre la recherche sur ces sujets.»

Comme projets futurs, Tamarhaveut poursuivre ses travaux de recherche avec des chercheurs comme Francine de Montigny et Carl Lacharité dans le but de mieux comprendre ce que sont les besoins de soutien des parents et leur expérience parentale et coparentale afin de déterminer comment les aider à bien assumer leur rôle de parents, à développer une belle relation avec leurs enfants et leur coparent et à ce que la naissance de leur enfant soit une expérience positive et enrichissante qui les fait grandir comme individu et comme couple. «Je souhaite redonner par mes recherches ce que j’ai reçu et reçois toujours dans ma vie personnelle, le soutien dont les parents et les familles ont besoin pour surmonter les défis et s’épanouir ». Tamarha espère fortement que son travail et celui de ses collègues aidera à promouvoir une réelle égalité entre les hommes et les femmes, en comprenant comment ils peuvent mieux travailler ensemble de manière à ce que chacun prenne sa place, à sa manière, auprès de l’enfant.

Pour communiquer avec Mme Pierce: tamarha.pierce@psy.ulaval.ca


Aurélie Baillot, Université du Québec en Outaouais

Aurélie Baillot est actuellement professeure régulier à l’Université du Québec en Outaouais au département des sciences infirmières. Détentrice d’un doctorat en sciences et techniques des activités physiques et sportives de l’Université d’Orléans (France), elle a complété sa formation avec deux stages postdoctoraux au centre de recherche du centre hospitalier universitaire de Sherbrooke et à l’institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec. Ses intérêts de recherche sont centrés sur l’activité physique chez les personnes obèses sévères. Ses activités de recherche principales visent à optimiser la prise en charge en activité physique pour améliorer la santé physique et mentale à long-terme des personnes obèses sévères.

Pour communiquer avec Mme Baillot: aurelie.baillot@uqo.ca


Geneviève Pagé, Université du Québec en Outaouais

Geneviève Pagé est professeure au département de travail social de l’Université du Québec en Outaouais depuis juin 2011 et directrice du module de travail social depuis juin 2014. Elle est également chercheure régulière au Centre de recherche Jeunes en Difficultés du CIUSSS-Centre-Sud-de-l’Ile-de-Montréal. Ses travaux de recherche portent sur la réalité des familles et des enfants qui sont adoptés en contexte de protection de la jeunesse, ainsi que sur les pratiques des intervenants sociaux et juridiques dans ce contexte. Madame Pagé sera la présidente de la 6e édition de la Conférence internationale sur la recherche en adoption qui aura lieu à Montréal en juillet 2018.

Pour communiquer avec Mme Pagé: genevieve.page@uqo.ca


Marleen Baker, Université du Québec à Trois-Rivières (Canada)

Marleen BakerMarleen Baker a travaillé plus de 20 ans dans le milieu communautaire, coiffant tantôt le chapeau de directrice d’organisme famille, tantôt celui de directrice du Centre d’action bénévole Laviolette. Elle a œuvré pendant neuf ans au programme en pratique sage-femme et elle est présentement coordonnatrice du Centre d’études interdisciplinaire sur le développement de l’enfant et de la famille (CEIDEF) et coordonnatrice de la diffusion et de l’application des connaissances au Centre d’études et de recherche en intervention familiale (CERIF).

Son intérêt pour les familles a été suscité par son expérience de donner naissance à ses quatre enfants. Son travail constant avec les sages-femmes lui a appris que les intervenantes ne sont pas là pour elles-mêmes, mais bien pour les familles.

Sa plus grande réalisation est celle d’accroître le bien-être des parents et des enfants en les accompagnant dans le quotidien et en ayant implanté à Trois-Rivières la Maison des familles. Marleen a marqué la vie de plusieurs mères en difficulté, notamment en leur conseillant de toujours préserver un petit fil, aussi ténu soit-il, entre elles et leur enfant, peu importe ce qui arrive dans la vie de leur enfant.

Au fil des entrevues au sein du CERIF, Marleen réalise ce que les pères vivent au quotidien, ce qui lui permet de garder un pied sur le terrain. « Un père qui accepte de participer au projet et de livrer son intimité fait preuve d’une grande générosité : d’autant plus que leurs témoignages sont toujours passionnants, explique Marleen. En tant que chercheure, je suis l’intermédiaire entre le parent et l’intervenant. Il est donc important de conserver une bonne dose de sensibilité pour encourager l’innovation et l’authenticité dans les entrevues. »

Pour communiquer avec Mme Baker: marleen.baker@uqtr.ca


Line Beaudet, Centre hospitalier de l'Université de Montréal (Canada)

Line Beaudet, infirmière de formation, est adjointe à la recherche au Centre hospitalier de l'Université de Montréal et professeure associée à l’Université de Montréal.

Line a complété son doctorat en sciences infirmières à l’Université de Montréal en 2011. Sa thèse, qui a reçu une mention d’excellence, visait le développement et l’implantation d’une intervention infirmière auprès de couples âgés vivant avec la maladie de Parkinson. Les résultats de l’étude ont montré la faisabilité de cette intervention et fournit des pistes aux infirmières pour développer et évaluer des interventions dyadiques écologiquement et théoriquement fondées. Cette même année, elle est devenue chercheure collaboratrice à la Chaire de recherche du Canada sur la santé psychosociale des familles.

Détentrice de nombreuses bourses de recherche, Line a publié plusieurs articles, rapports de recherche et livres, notamment Le Guide InfoParkinson : mieux vivre avec la maladie de Parkinson et Lorsque la vie éclate: impact de la mort d'un enfant sur la famille. Membre de plusieurs comités organisateurs dont celui de l’Association québécoise des infirmières et infirmiers de gériatrie, elle a également présenté lors de nombreux colloques régionaux et internationaux.

Pour communiquer avec Mme Beaudet: line.beaudet.chum@ssss.gouv.qc.ca


Carl Lacharité, Université du Québec à Trois-Rivières (Canada)

  Psychologue engagé socialement, Carl cherche à développer des connaissances qui peuvent engendrer des changements sociaux dans la vie des enfants et des familles. Il a débuté sa carrière comme psychologue auprès des enfants, des adolescents et de leurs parents. Cette pratique l’a amené à œuvrer dans divers contextes de services, du milieu scolaire à l’action communautaire, en passant par la pratique privée. Tout au long de ce parcours professionnel, il a maintenu un intérêt particulier quant au travail auprès de familles qui doivent affronter des difficultés majeures telles que la précarité socioéconomique et la maltraitance.

Père de quatre enfants et grand-père de deux petits-enfants, Carl a toujours tenté de concilier son travail professionnel auprès des enfants et des familles en grande vulnérabilité psychosociale et son expérience personnelle de conjoint et de père. Le maillage entre ces deux univers a suscité chez lui une sensibilité « de l’intérieur » à la complexité de l’exercice du rôle de parent de même qu’une préoccupation éthique constante pour les effets concrets que peuvent avoir, sur les enfants et les parents, le développement et la diffusion de nouvelles connaissances sur l’enfance, la relation parent-enfant et la famille. Il souligne que « l’enfant, le parent, la famille ne peuvent être compris uniquement de l’extérieur, de manière purement objective; il faut constamment s’inclure ou tenir compte de soi-même dans les descriptions professionnelles ou scientifiques que l’on en fait ».

Sur le plan professionnel, une de ses plus grandes réalisations est d’avoir contribué à la création du Centre d’études interdisciplinaire sur le développement de l’enfant et de la famille (CEIDEF). Pour lui, l’interdisciplinarité est plus qu’une incantation à la mode, c’est une posture et une pratique qui exigent une grande curiosité et une tolérance soutenue à l’ambigüité et la complexité. Son plus grand rêve est que la société devienne vraiment un village qui prend à cœur et élève ses enfants. « Au Québec, des pas ont été faits dans cette direction depuis trois décennies, souligne Carl. Il en reste cependant beaucoup d’autres à faire et les obstacles sont malheureusement nombreux. »

En 2009, il a coédité, avec son collègue Jean-Pierre Gagnier et grâce à la contribution d’une dizaine de collaborateurs, un manuel de référence sur l’intervention familiale (Lacharité, C.; Gagnier, J.-P., Comprendre les familles pour mieux intervenir, Éditions Chenelière). En outre, depuis vingt ans, il a réalisé plus d’une centaine de productions scientifiques, que ce soit sous forme d’articles ou de conférences.

Pour communiquer avec M. Lacharité: carl.lacharite@uqtr.ca


Martin St-André, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine (Canada)

Dr Martin St-André est pédopsychiatre et psychiatre en périnatalité depuis plus de 20 ans. Il a fait ses études médicales à l’Université McGill, sa formation psychiatrique à l’Université de Montréal et sa formation en psychiatrie périnatale et du jeune enfant à la Brown University School of Medicine. Il est professeur agrégé de clinique au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine et à l’Université de Montréal, président de l’Association québécoise pour la santé mentale des nourrissons et président du conseil des organisations affiliées à la World Association for Infant Mental Health, qui regroupe plus de cinquante-cinq organisations régionales dans une trentaine de pays.

Pour communiquer avec M. St-André: martin.st-andre@umontreal.ca


Janie Houle, Université du Québec à Montréal (Canada)

Janie Houle, professeure au Département de psychologie à l’Université du Québec à Montréal et psychologue communautaire, est membre du Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie (CRISE). Ses domaines d’expertise sont la promotion de la santé, l’autogestion des maladies chroniques, les différences de genre en santé, la prévention du suicide et la dépression. Parmi ses nombreux projets recherche en cours, notons « Les hommes et la santé : à la recherche de modèles masculins sains », financés par les IRSC, ainsi que « Soutenir l’autogestion de la santé chez des personnes souffrant de dépression », financé par le FRSQ.

Pour communiquer avec Mme Houle: houle.janie@uqam.ca


Membres associés internationaux

Margareth Angelo, USP, São Paulo (Brésil)

Margareth Angelo possède un baccalauréat et une maîtrise en soins infirmiers de l’Université de São Paulo (1977 et 1982). Elle a effectué son doctorat en psychologie scolaire dans la même institution (1989). Ses principaux domaines d’intérêt sont l’allaitement et la famille. Elle effectue des recherches cliniques en santé de la pratique familiale, avec des méthodes de recherche qualitatives. L’auteure de plusieurs chapitres de livres dans des journaux indexés a reçu de nombreux prix et jouit d’une reconnaissance internationale pour son travail. Aujourd’hui, elle est professeure au département des soins maternels, infantiles et psychiatriques de l’École des soins de l’Université de São Paulo. (Traduction et adaptation de ce texte, en portugais seulement.)

Lucila Castanheira Nascimento, USP, Ribeiroa Preto (Brésil)

Lucila Castenheira Nascimento possède un diplôme en soins infirmiers, avec qualification en santé publique, de l’Université de São Paulo (1991) ainsi qu’une maîtrise en soins en santé publique de l’École des soins de Ribeirão Preto de l’Université de São Paulo (1999). Son doctorat a été accompli à l’Université de Victoria au Canada (2003). Elle a accompli son postdoctorat en 2005 à la Faculté de soins de l’Université de l’Alberta. Ce dernier diplôme était dans le domaine des soins pédiatriques, avec une concentration portant sur les enfants atteints de maladies chroniques et leurs familles. Elle est spécialisée dans le domaine des soins, plus précisément les soins pédiatriques et les thèmes suivants : soins pédiatriques, soins à la famille, la santé de l’enfant, de l’adolescent et de la famille. Aujourd’hui, elle est professeure associée à l’Université de São Paulo, à l’École des soins de Ribeirão Preto. (Traduction et adaptation de ce texte, en portugais seulement.)

Pour communiquer avec Mme Castanheira: lucila@eerp.usp.br

Delphine Coulon, Haute École de santé de Genève (Suisse)

Delphine Coulon a toujours voulu travailler avec les enfants. Pour ce faire, elle a décroché un Bac D en 1988, un diplôme d’infirmière à Saint-Nazaire en 1993, celui de l’École de puéricultrice de Montpellier en 1994, ainsi qu’une licence en science de l’éducation. Elle a ensuite travaillé en pédiatrie et en néonatalogie à l’hôpital Pourtalès de Neufchâtel, en Suisse. Depuis 2002, elle est chargée d’enseignement en santé de l’enfant et de la famille à la Haute École de santé (HEDS) de Genève. Lorsqu’elle n’enseigne pas, elle partage son temps entre la recherche et des projets ou actions de santé publique.

Pour communiquer avec Mme Coulon: delphine.coulon@hesge.ch

Philippe Delmas, Institut de la Source à Lausanne (Suisse)

Philippe Delmas est professeur à l’Institut et Haute École de la Santé La Source à Lausanne en Suisse. Il a réalisé son doctorat en sciences Infirmières à l’Université de Montréal et a développé une expertise sur les problématiques rencontrées par les personnes vivant avec une maladie chronique.

Pour communiquer avec M. Delmas: p.delmas@ecolelasource.ch

Aurélie Gauchet, Université Pierre Mendès, Grenoble (France)

Spécialisée en psychologie de la santé, Aurélie Gauchet est maître de conférences en psychologie. Ses sujets de prédilection sont les maladies chroniques (cancer, hépatite C, VIH) ainsi que les comportements de santé et d’auto-régulation. Elle travaille actuellement pour l’Unité de formation et de recherche (UFR) au département des sciences de l’Homme et de la société de l’Université Pierre-Mendès-France, à Grenoble.

Pour communiquer avec Mme Gauchet: Aurelie.Gauchet@upmf-grenoble.fr

Denis Mellier, Université de Franche-Comté (France)

Denis Mellier est professeur de psychologie clinique et psychopathologie au 
Département de psychologie à l’Université de Franche-Comté (France). Ses intérêts de recherche et d'enseignement sont la petite enfance et la parentalité, la famille, le groupe et l’institution, le corps et la psychopathologie des liens, les relations précoces, archaïques ou primitives, ainsi que la symbolisation primaire.
 
Pour communiquer avec M. Mellier: denis.mellier@univ-fcomte.fr
 

Anne Sylvie Ramelet, Université de Lausanne (Suisse)

Anne-Sylvie Ramelet est infirmière et chercheuse en sciences infirmières ainsi que professeure associée au sein de l’Institut universitaire de formation et de recherche en soins à l’Université de Lausanne. Ses recherches se concentrent sur deux thématiques: l’évaluation de la douleur chez les personnes non-communicantes, plus particulièrement chez les personnes nécessitant des soins intensifs, ainsi que le développement et l’efficacité des interventions infirmières en soins pédiatriques.

Pour communiquer avec Mme Ramelet: Anne-Sylvie.Ramelet@unil.ch 

 

Mara Régina Santos da Silva, Université de Rio Grande do Sul (Brésil)

Mara Régina Santos da Silva détient un doctorat en sciences infirmières. Elle est actuellement professeure dans ce domaine à l’Université fédérale de Rio Grande (FURG). Elle est également coordonnatrice du Groupe d’études et de recherche sur la famille, les soins infirmiers et la santé (GEPEFES) à la FURG.